Cette semaine, on s’enfonce encore un peu plus dans le chocolat… Au programme : beaucoup de pralines et une petite boîte en chocolat pour les ranger dedans !

Les réalisations du chef

Les quatre pralines du jour :

  • Truffes au chocolat blanc et ganache à la framboise et au Malibu
  • Malakoff, petits carrés pralinés amande et pistache recouverts de chocolat blanc
  • Snobinettes (j’adore ce nom !), sorte de petit pot rempli de caramel et de ganache au chocolat noir
  • Pralines moulées au chocolat noir, ganache chocolat noir et Cointreau

Pour le cours pratique, on est par groupes de 4 et chaque groupe réalise seulement deux sortes de pralines. Ça tombe bien, j’ai toujours la tête en week-end… On s’occupe des truffes au chocolat blanc (les plus faciles !) et des pralines moulées. On tempère 2 kilos de chocolat noir et de chocolat blanc, je pense qu’à ce stade plus personne n’a peur du grand méchant tempérage (et pourtant, le pire est à venir). Le reste du cours se passe assez tranquillement et chacun rentre avec des tonnes et des tonnes de pralines (principalement au niveau de l’estomac).

Mardi, on passe à la boîte en chocolat, qui est officiellement devenue mon pire cauchemar. Comme son nom l’indique, absolument tout dans cette boîte est fait en chocolat : le couvercle amovible, le fond, le contour… si elle est bien faite (hum hum), ça peut faire un très joli cadeau je trouve ! La démo se passe super bien, le chef prend le temps de nous expliquer comment réaliser les différentes parties, comment faire des lignes, des effets, de la déco, des petites cigarettes, tout ça tout ça. Ça me rassure, je me dis que ça va bien se passer.

La boîte du chef

Mais voilà, il y a deux soucis majeurs. Le premier, le cours pratique a lieu de 18h30 à 21h30. Je sais pas vous mais moi, en hiver, à 21h, j’ai plutôt tendance à être bien au chaud dans mon divan avec deux litres de thé… c’est pas vraiment une heure pour façonner du chocolat !! Deuxième problème : comme les différentes pièces et l’assemblage prennent pas mal de temps à réaliser, le chocolat doit toujours être tempéré. S’il est trop froid, il va figer beaucoup trop vite et sera difficile à façonner et s’il est trop chaud, il ne figera jamais… le casse-tête. Je passe mon temps à refaire toute la courbe, 45°C-28°C-31°C… Et dire que j’avais bien noté qu’il fallait toujours que les bords du bol contenant le chocolat restent impeccables…

Le carnage total !!

Au final, je perds totalement patience. Certaines parties sont trop fines, d’autres trop épaisses, je n’ai pas le temps de faire assez de déco et je n’ai qu’une seule envie, être dans le train du retour. Le seul exploit de la soirée, c’est que je n’ai pas une seule trace de chocolat sur ma tenue ! Et dire qu’on devra refaire une de ces boîtes, plus élaborée encore, au niveau supérieur… l’occasion de m’améliorer, on va dire !

L’effet « marbré », imposé par le chef, n’est pas des plus joyeux je trouve…

La semaine se termine par un cours théorique sur les soufflés avec un chef, légèrement hyperactif, qui nous montre différentes façons de disposer tous les éléments du dessert sur l’assiette. Un régal !

Print Friendly, PDF & Email

1Pingbacks & Trackbacks on Le Cordon Bleu – Semaine 17

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *